degemer_accueil

                                          

 

En breton, on dit… Ça va avec toi ? Mont a ra ganit ? En breton, les prépositions « se conjuguent ». Par exemple, la préposition « à » en français, da en breton : pour dire « à moi », « à toi », « à elle » ; en breton, c’est din, dit, dezhi… Yec’hed mat dit ! Bonne santé à toi ! Lavar din. Dis-moi. Kenavo deoc’h. Au revoir à vous. Et on fait la même chose pour presque toutes les prépositions !

En breton, on dit… "Pomper" pour un pompier et "pomperez" pour une pompière ! Et oui.. le breton n’est pas sexiste : les noms de métiers au féminin, c’est facile ! La langue bretonne applique une règle simple pour féminiser les noms de métiers, en ajoutant le suffixe -ez au nom masculin singulier : kelenner - kelennerez / professeur-professeure ; maer-maerez / maire-mairesse

En breton, on dit… "Vous" ou "tu" ? Pas facile de faire la différence en breton, et l’usage varie selon les régions. Les Léonards manient assez facilement le « tu » (car ils sont toujours prompts à l’entraide et aiment les relations claires et simples, affirment certains…). Pour les Vannetais, c’est plutôt le « vous ». Dans le pays bigouden, le vouvoiement est aussi utilisé… sauf sur la côte ! Et chez vous, on tutoie ou bien on vouvoie ?!


En breton on dit..."Da gousket !" littéralement : «à dormir !» Beaucoup de Bretons se souviennent ainsi de leurs parents ou grands-parents leur ordonnant d’aller se coucher, et ce même si le breton n’était pas utilisé au quotidien. Kousket se transforme ici en gousket, car la grammaire bretonne se singularise par des mutations : ici la préposition da (à) entraîne une mutation du k en g. C’est également pour cette raison que l’on dit Plougastell et non Ploukastell. (Plou : paroisse, Kastell : château). Allez, noz vat (bonne nuit) !


En breton, on dit... “Nedeleg” pour “Noël” ! Vous l’avez peut-être vu écrit sur la mairie de Brest ou ailleurs en bretagne, il est suivi de “Laouen” pour “Joyeux”. Joyeux Noël se dit donc “Nedeleg Laouen”. Les enfants attendent avec impatience l’arrivée du “Tad nedeleg” (Père Noël) qui peut également s'appeler "Tad Kozh ar Pellgent" (grand père de l'aurore) ou bien "Tad Kozh Nedeleg" (Grand père de Noël). Surveillez votre cheminée, le tad kozh nedeleg est en route !

 

 

 


En breton on dit... “Bloavezh mat” pour “Bonne année” ! “Bloavezh” vous l’aurez deviné, signifie “année” au singulier. Pour des années on dira “bloavezhioù”. “Mat” signifie tout ce qui est bon ou bien. On dira par exemple “vakañsoù mat” pour “bonnes vacances” ou encore “degemer mat” pour “bienvenue”.

 

                                         

En breton, on dit… "Amzer" pour "Temps". Amzer peut s’utiliser pour parler du temps qui passe (amzer ’zo : il y a le temps) ou bien de la météo. C’est un sujet de conversation inépuisable à Brest car peu de personnes peuvent se vanter de vivre quatre saisons en une journée ! On peut ainsi demander Penaos eo an amzer ? : comment est le temps ?. Brav eo an amzer ! : Le temps est beau ! ou bien Fall tre eo an amzer ! : le temps est très mauvais !

En breton, on dit… Chuchumuchu pour chuchotement. C’est un mot qui plaît beaucoup aux enfants ! On le dit aussi bien à l’école qu’à la maison. Le chuchumuchu permet aux enfants de chuchoter rien qu’en prononçant le mot : c’est magique ! On dit également komz chuchumuchu littéralement « parler le chuchotement », ou bien « murmurer ».

 

 En breton, on dit… Mont d’ar riboul : aller en soirée ! « Ribouler » est un terme bien connu par chez nous. Aller en riboul, c’est partir pour une fête arrosée, une sortie en bande. Riboulat, c’est tailler en piste, ce que l’on ne doit faire qu’avec modération bien sûr ! Un riboul, comme une ribin, c’est aussi un passage, un petit chemin, voire un tunnel. Mais rien à voir.

 

                                      

En breton, on dit… Kalon ! On a du coeur, en Bretagne. Kalon, c’est le coeur, donc A galon, de coeur (cordialement, bien cordialement). Bon courage se dit Kalon vat ! et Courageux se dit Kalonek. Comme le coeur et l’estomac sont liés, c’est bien connu, on entend Kalon vat, ou plutôt Kalon digor pour souhaiter Bon appétit. L'apéritif se dit Digor-kalon (littéralement l'ouverture du coeur) ! On dit aussi de quelqu’un que son coeur est chaud avec quelque chose : Tomm e galon gant pour dire qu’il ou elle y tient et y accorde de l’importance.

En breton, on dit… "Ti" pour "Maison" ! Vous l’avez compris, ti veut dire maison. On le voit souvent écrit « ty », mais le «y» n’est d’ailleurs pas une voyelle. Ainsi, pour dire que l’on va chez quelqu’un, on dit qu’on va dans sa maison : ti Anna, chez Anna. Il est aussi utilisé pour désigner les commerces : ti ar baraer, la maison du boulanger. On le voit également sur des bâtiments publics, comme ti-kêr, l’hôtel de ville, ti-post, la poste ou ti-gar, la gare. Un incontournable !

En breton on dit... Gouelañ pour pleurer Plusieurs mots peuvent désigner le fait de pleurer. Leñvañ pour des pleurnicheries, en gémissant. Blejal pour de gros pleurs bruyants, c'est d'ailleurs ce terme qui est utilisé lorsque beuglent les vaches. Mais gouelañ reste le plus communément utilisé. D'ailleurs ce mot ne vous fait-il pas penser au nom d'un animal en français ? Goéland vient en effet de la langue bretonne dû au cri de ces volatiles très présents sur nos côtes.

                                   

     

En breton, on dit… Ur banne kafe ‘po ? : Du café tu auras ? Dilhadoù ‘meus prenet : Des vêtements j’ai acheté. Vous l'aurez compris, en breton l’élément le plus important se trouvera en début de phrase, d’où certaines réminiscences en français local.

En breton on dit... Bleu ou vert ? Pour les couleurs « artificielles », c’est simple : bleu c’est Glas. Gwer c’est vert. Mais pour la palette de couleurs naturelles qui va du vert au bleu, on a plus de nuances : le ciel est bleu ; glas eo an oabl, la mer est bleue ; glas eo ar mor, mais aussi glas eo ar geot ; l’herbe est verte!

En breton on dit... Ab ou mab ? De nombreux noms de famille léonards commencent par le préfixe « AB » qui vient du mot breton « mab », « fils ». C’est l’équivalent du gaélique écossais : Mac. Mac Arthur est le fils d’Arthur. Facile ! 

 

                          

Penaos 'mañ ar bed ganit ? 🌍 Comment est le monde avec toi ? Comment ça va, comment qu'c'est, quoi ! En breton, on peut se saluer de nombreuses façons : Mat ar jeu ? ou Mat an traoù ? (les choses vont bien ?). Et le classique Penaos emañ kont ? (comment ça va ?)

En breton, on dit… Un tamm ou ur banne ?
Les deux veulent dire «un peu» ; un                    tamm bara, un peu de pain. Mais on dira ur          banne dour, un peu d’eau. On utilise en fait          tamm devant les solides et banne devant les        liquides. On ne mélange pas tout en breton.

En breton on dit...

"Taleg" pour désigner un grand front, mais c'est aussi un nom de famille ! En Bretagne de nombreux noms de famille sont liés à une particularité physique ou à un trait de caractère.

 

 

 

 


SKED — Ti ar brezhoneg
ha sevenadur Breizh

pgz. 02 98 80 26 71
Skrivañ deomp / Nous écrire

SKED — Maison de la langue
et de la culture bretonnes

201,Straed Jean Jaurès
29200 Brest