degemer_accueil

KELEIER

ACTUALITS

MUNICIPALES : Le collectif Bretagne majeure s’adresse aux 1439 communes de Bretagne

Dans les débats pour les prochaines élections municipales, le collectif Bretagne majeure / Evit ma vo Breizh mestr war he zraoù / Pour que la Bertègn mene son drao invite les listes qui se présentent à prendre en compte les spécificités et les enjeux à venir de la Bretagne. Car c’est au niveau des communes que, la spécificité de notre identité peut être défendue et promue. Nous nous permettons d’affirmer quelques idées majeures spécifiant les grandes lignes de force d’un programme qui prendrait en compte la réalité bretonne dans ces élections.

Réaffirmer l’identité bretonne au sein de la vie municipale par une utilisation et valorisation des langues (breton et gallo) et de la culture régionales dans la vie de la commune, un développement de l’enseignement de celles-ci et de l’histoire de la Bretagne ainsi qu'une revendication affirmée de la nécessaire réunification de la Bretagne.

Valoriser toute forme d’initiative locale dans la prise de décision au sein de la commune. Améliorer les mécanismes de solidarité et les liens sociaux. Le lien social passe par la présence de tels services, matériellement identifiables et humainement chaleureux. La vie communale en constitue le premier étage en favorisant l’éclosion d’une économie solidaire (association, coopératives, Scop).

Valoriser le modèle d’organisation spatiale dispersée en opposition aux logiques de concentration en cours animées par des volontés strictement économiques et un modèle centralisateur pyramidal. La dispersion de l’habitat, forme organisée d’occupation de l’espace, est un fait culturel spécifique de notre identité bretonne, hérité de longs siècles d’organisation de notre société. Il n’est en rien synonyme de désordre mais, au contraire, il est gage d’un équilibre social, et surtout d’un respect de la relation des hommes au milieu naturel. II nous faut donc lutter contre toute forme de regroupements, de concentration des populations (sur le bourg ou la ville-centre), de métropolisation qui, toutes, créent des déséquilibres sociaux et environnementaux majeurs. La commune reste en Bretagne bien vivante et le premier maillon de la solidarité. Apparue il y a 15 siècles et héritière d’entités humaines millénaires, il faut la préserver. Elle a encore un rôle majeur à jouer.

Faire de la transition climatique un atout pour l’avenir . Elle doit nous conduire à respecter la nature et lutter contre toute forme d’artificialisation des sols, mettre en place les circuits courts en matière d’alimentation et de consommation...

Inciter à une production locale la plus large d’énergie verte, en développant tout le potentiel énergétique présent sur la commune : filière bois-énergie, photo-voltaïque, biomasse locale, micro-hydraulique, éolien à taille humaine. Elle viserait ainsi à assurer la satisfaction la plus large des besoins de la population tout en limitant la dépendance aux énergies fossiles d’origine extérieure à la région.

Décider d’abord localement du produit de nos impôts. L’impôt doit être géré localement ou régionalement et non pas redistribué sous la forme d’une dotation par l’État, forme de sujétion inacceptable dans un principe d’égalité. À l’instar d’autres pays, environ 60 % de l’impôt devrait rester sur le territoire où il est récolté, pour le fonctionnement des collectivités, le restant étant reversé à l’État pour lui permettre d’assurer ses fonctions régaliennes. Cela éviterait le déséquilibre flagrant observé dans la répartition des dotations au sein du territoire national.

La vie communale constitue le premier stade d’une sorte de vie démocratique et responsable, seule apte à affirmer notre identité et notre devenir en tant que société particulière dans le Monde de demain.

*Note de l'auteur : dans le titre : 1439 communes = Chiffres 2016.

https://abp.bzh/municipales-le-collectif-bretagne-majeure-s-adresse-aux-1439-communes-de-bretagne-49370?fbclid=IwAR0-LjuYF4sdOHJDdN0z0WRH41zs3uOYbekNW4va5_K5JtIGg5kvUBYoqzw

KELEIER

ACTUALITS

KELEIER

ACTUALITS

 Faltazi Festival

 

Skoazellit ar c'hrouiñ filmou e brezohneg evit eil bloaz ar Faltazi Festival ! Savit ho film-berr e brezhoneg ha deuit da welet anezhañ e-pad ar festival.

Ur priz 500€ a vo roet gant ar publik d'ar film gwelañ !

 

 

Liam eus Faltazi Festival :

https://krouin.fr/faltazifestival/

 


 

[Appel à film en breton] Pour la deuxième édition du Faltazi festival, soutenez la création de films breton ! Créez votre court-métrage en langue bretonne et assistez à sa projection durant le festival.

Un prix de 500€ décerné par le public sera remis au court-métrage coup de cœur !

 

 

Lien vers le site internet du festival :

https://krouin.fr/faltazifestival/

KELEIER

ACTUALITS

Cars pour la manifestation à Paris du 30 novembre : appel « pour que vivent nos langues »

Des cars au départ de Bretagne partiront le vendredi soir pour la manifestation à Paris devant le Ministère de L’Education Nationale le samedi matin 30 novembre dans le cadre de l’appel « Pour que que vivent nos langues »  co-signés en Bretagne par Diwan, Div Yezh, Kelennomp! et Kevre Breizh.
 
Kevre Breizh prend en charge l’organisation du transport. Deux bus ( à minima) seront mis en place, l’un au départ de Quimper avec étapes à Lorient, Vannes et Nantes et un autre car au départ de Brest avec étapes à Morlaix, Guingamp, Saint-Brieuc et Rennes.
 
Les frais de transport sont en partie financés une dotation de 4 000 € pour la Bretagne par le député européen François Alfonsi.
 
🚌

KELEIER

ACTUALITS

brezhoweb

Skignet ‘vo Ar Yerigoù e Brezhoneg war Brezhoweb evit an distro-skol 2019. Skignet ‘vez div rann nevez bep Merc’her adalek ar Merc’her 4 a viz Gwengolo (dec’h), 32 rann ‘zo etre tout, ha digoust eo ‘vel boaz. Ar rannoù a chomo enlinenn er VOD digoust e-pad un toullad sizhunvezhioù.

Setu al liamm war-zu ar rannoù : https://www.brezhoweb.bzh/Yerigou_343.html

Brezhoweb diffuse depuis ce mercredi 4 septembre 2019 les aventures des P’tites Poules en breton. Deux épisodes seront diffusés chaque mercredi, et les épisodes restent disponibles en VOD gratuite sur le site pendant plusieurs semaines.

Voici le lien où se trouvent les épisodes : https://www.brezhoweb.bzh/Yerigou_343.html

KELEIER

ACTUALITS

diplome études celtiquesDiplôme d'Etudes Celtiques : Ouverture des inscriptions!

Le Diplôme d’Etudes Celtiques (D.E.C.) est une formation ouverte à tous et en langue française, relative à la Bretagne et aux pays celtiques.  Elle est proposée par l’Université Rennes 2.

PUBLIC
Le public vise? est large : toutes les personnes qui, pour des raisons professionnelles, par curiosité? ou par passion, souhaitent approfondir leur connaissance de la Bretagne. Aucun diplôme n’est exigé? pour s’inscrire a? la formation : le seul critère de sélection est la motivation des candidats. L’admission des personnes qui ne sont pas titulaires du baccalauréat se fait, toutefois, sur accord d’une commission de validation.

FORMATION
La formation fait découvrir les pays celtiques ; elle amène a? explorer l’histoire et la géographie de la Bretagne, a? pénétrer l’univers de la création littéraire, artistique et musicale de Bretagne et a? s’initier à la culture de langue bretonne ; enfin, elle fournit un éclairage sur la vie économique, sociale et politique de la Bretagne contemporaine.

120 heures de cours, répartis les jeudis après-midi, de la mi-septembre a? la mi-avril.

CONTENU DES ENSEIGNEMENTS
Chaque Unité d’Enseignement (UE) propose 24 heures de cours

UE 1 : découverte des pays celtiques.
UE 2 : exploration de l’histoire et de la géographie de la Bretagne. Elle porte sur l’époque moderne et contemporaine, sur les institutions régionales et sur une approche géographique des sentiments d’appartenance.
UE 3 : découverte de la création littéraire, artistique et musicale en Bretagne.
UE 4 : initiation a? la culture de langue bretonne : littérature écrite (prose et poésie) et oralité? : chanson populaire, conte populaire, richesse et diversité? du breton parle?.
UE 5 : éclairage sur la société?, l’économie et la politique, les Bretons et la nature, découverte de la langue et de la culture galle?ses et réflexion sur l’avenir.

Frais d’inscription : 475 € – Demandeur emploi : 235 € - Prise en charge entreprise : 920 €
Supplément langue celtique : 75 € - Les frais universitaires sont à rajouter aux frais d’inscription

Plus d'informations et inscription



Digor eo bremañ an enskrivañ d’an dud da lakaat o anv en Diplom Studioù Keltiek evit ar bloavezh skol-veur 2019-2020.

An Diplom Studioù Keltiek
Ur stummadur diwar-benn Breizh hag ar broioù keltiek eo, e galleg, ha digor d’an holl. Gant skol-veur Roazhon 2 e vez kinniget bep bloaz.

EVIT PIV ?
A bep seurt tud : an holl re a garfe kreskiñ o anaoudegezh eus ar vro hag eus ar broioù keltiek all, pe kurius pe youlek e vent evit en ober, pe c’hoazh evit o micher. N’eus ezhomm diplom ebet evit kemer perzh er stummadur-se : diouzh ar c’hoant a lusk anezho hepken an hini e vo graet an dibab e-touez an dud a c’houlenn mont e-barzh. Ar re n’o deus ket a vachelouriezh, avat, a vo sellet ouzh o goulennoù gant ur bodad talvoudekaat.

STUMMADUR
Anavezout ar broioù keltiek eo pal ar stummadur : ergerzhiñ istor ha douaroniezh Breizh, daremprediñ bed ar c’hrouiñ war tachennoù al lennegezh, ar sonerezh hag an arzoù all e Breizh, dont da vezañ arroutet war sevenadur Breizh hag he yezh. Taoler a ra sklêrijenn c’hoazh war ar vuhez ekonomikel, sokial ha politikel a-vremañ er vro.

120 eurvezh a gentelioù a vez en holl, ingalet eus kreiz miz Gwengolo betek kreiz miz Ebrel, bep Yaou d’enderv

DANVEZ AR C’HENTELIOÙ
E-barzh pep unvezh kelenn (UE) e vez kinniget 24 eurvezh a gentelioù.

UE 1 : Anavezout ar broioù keltiek.
UE 2 : Ergerzhiñ istor ha douaroniezh Breizh. Ar marevezh modern hag ar mare a-vremañ eo a vo studiet, ensavadurioù ar Rannvro, hag al liamm etre douaroniezh ha santimant an dud e-keñver o bro.
UE 3 : Daremprediñ bed ar c’hrouiñ war tachennoù al lennegezh, ar sonerezh hag an arzoù all e Breizh.
UE 4 : Arroutiñ ar studierien war sevenadur Breizh hag ar brezhoneg a vo graet — dre ar galleg. Lennegezh dre skrid (komz plaen ha barzhoniezh) ha dre gomz, kan ha marvailh ar bobl, pinvidigezh ha liesseurted ar brezhoneg komzet.
UE 5 : Taoler sklêrijenn war ar vuhez ekonomikel, sokial ha politikel a-vremañ er vro, ouzhpenn lakaat ar gaoz war Breizhiz hag an natur, ar gallaoueg hag e sevenadur, hag ar preder diwar-benn an dazont.

Frejoù enskrivañ : 475 € – Tud dilabour / o klask labour : 235 € - Kemeret e karg gant un embregerezh : 920 €
Yezh keltiek ouzhpenn : 75 € - Frejoù skol-veur a vo da baeañ ouzhpenn ar frejoù enskrivañ.

Evit kement titour diwar-benn ar stummadur pe evit goulenn un teul enskrivañ

KELEIER

ACTUALITS

stal

Brezhoneg em stal ? Du breton dans mon commerce !

Un outil numérique pour trouver facilement les commerçants et services qui proposent du breton... ça n'existe pas. Du moins, pas encore ! Mignoned ar Brezhoneg travaille à la création d'un tel outil. Avec votre soutien, il sera bientôt disponible en ligne et en appli Iphone et Android. Vos dons peuvent être déductibles des impôts et nous avons imaginé pleins de contreparties sympa. N'hésitez pas !

Les inscriptions et l’assistance pour la traduction en breton sont ouvertes et gratuites jusqu’au 8 juin 2019 : https://stal.bzh/fr

Ur benveg evit kavout en un doare aes stalioù ha pourchasoù a ginnig brezhoneg... n'eus ket outañ. Evit poent ! Amañ emañ an dalc'h evit Mignoned ar Brezhoneg. Gant ho skoazell e vo ar benveg enlinenn ha 'barzh ar poellgomzerioù a-benn nebeut. Un distaol war ho tailhoù a c'helloc'h kaout gant ho prof hag ur bern profigoù hon eus ijinet evit ho trugarekaat.

Digor d’an enskrivadurioù bremañ : https://stal.bzh/br

Soutenir le projet sur la plateforme Kengo

KELEIER

ACTUALITS

sondage titre

L’association DIBAB – Décidez la Bretagne a été créée en 2014.
Le but premier de l’association était d’organiser des votations citoyennes concernant le redécoupage territorial de la Bretagne.
 
Notre intuition est que de nombreux Bretonnes et Bretons partagent le souhait que nous puissions décider ici des compétences que nous pourrions nous-mêmes exercer, à l'instar de nombreux peuples d'Europe.

Mais comment faire vivre cet espace démocratiquement, alors que les barrières administratives et technocratiques subsistent. Rebelles ou réfractaires les Bretons ? Mais que pensent-ils vraiment ? Que veulent-ils en fait ? Comment envisagent-ils leur avenir institutionnel et politique dans ces temps qui changent ?
Autant de pistes finalement peu explorées et qui apparaissent parfois comme des tabous. Pour faire progresser cette idée d'une Bretagne civique et actrice de son destin, nous avons besoin de sonder les Bretonnes et les Bretons pour créer l'évènement citoyen.

Pour ce faire : DIBAB — Décider la Bretagne, en partenariat avec Le Journal de la Bretagne, Breizh Civic Lab et Radio Naoned, veulent interroger les Bretonnes et les Bretons par l'intermédiaire de professionnels des sondages régionaux : l'entreprise TMO.

Cela à un coût. Nous avons besoin de vous.

Sans doute donnez-vous pour d'autres causes tout aussi valables. Mais pensez à l'impact qu'aura notre action collective si nous parvenons par nous-mêmes à sonder la population bretonne sur l'ensemble de la Bretagne historique et à faire entrer ainsi notre désir de Bretagne dans le champ civique et politique.
 
Pour soutenir le projet, rendez-vous sur la cagnotte en ligne !
 
sondage

KELEIER

ACTUALITS

Plaques de rue en breton à Nantes, à Rennes… Et à Brest, on commence quand ?

Plaques rue 1  Plaques rue 2
Nantes et Rennes se sont mis au bilingue ! Pas Brest

En présence des élus et en particulier de M. Yann Guével, adjoint référent représentant le maire M. François Cuillandre et de M. Pierre Guézennec, conseiller municipal, la Ville de Brest, labellisée au niveau 1, s'engageait à prendre les mesures adéquates pour parvenir au niveau 2 de la charte "Ya d'ar brezhoneg". Lena Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne et présidente de l'Ofis ar Brezhoneg apportait à la Ville l'appui de l'Office public de la langue bretonne et de l'instance régionale.

Une des mesures emblématiques annoncées : la mise en bilingue des plaques de rue installées dans les nouveaux quartiers (Fontaine Margot, Capucins etc.).

Nombre de villes de Bretagne ont d'ores et déjà délibérément fait ce choix, et pas seulement en Basse-Bretagne : tout le centre de Rennes est déjà pourvu et à Nantes ce ne sont pas moins de… 127 plaques qui ont été installées depuis l'an passé, dans tout le centre historique et aussi aux alentours des écoles bilingues breton-français !

Aux Capucins, la médiathèque, le téléphérique et les ateliers donnent désormais toute sa place au breton, langue de nos parents et aujourd'hui de nos enfants, véritable espoir pour le futur. Partout, la demande sociale s'affirme et le rôle du breton comme outil de singularité positive et de cohésion sociétale se voit partout mis en évidence.

Le bureau et les membres de SKED, qui regroupe plus de cinquante associations actives sur tous les terrains de la culture bretonne, souhaitent voir démarrer rapidement maintenant cette "bilinguisation" de nos rues. En-dehors de la zone du polder au Moulin Blanc, elle ne paraît malheureusement pas avoir encore démarré et une nouvelle rue (Antoine Prigent) vient même d'être inaugurée au Stang-Alar, aux plaques malheureusement seulement monolingues.

Comme à Rennes et à Nantes, il nous faut des plaques bilingues pour les nouvelles rues et au fur-et-à mesure du renouvellement des plaques pour les anciennes.

Il y va de l'image de notre ville, ce promontoire marin tout à la fois novateur et enraciné.

SKED sera bien sûr toujours présent pour soutenir et renforcer ce beau chantier.

 

 

Pierre FOUREL & Bernard GESTIN,

co-Présidents


SKED — Ti ar brezhoneg
ha sevenadur Breizh

pgz. 02 98 80 26 71
Skrivañ deomp / Nous écrire

SKED — Maison de la langue
et de la culture bretonnes

201,Straed Jean Jaurès
29200 Brest